Logement : vers une multiplication des usages de l'habitat ?

Hugo Abadie • 13 Mars 2017 • 12:17

Selon le dernier observatoire de Cetelem réalisé grâce aux sondages de l'institut Harris interactive, plus de huit Français sur dix se déclarent "attachés" à leur logement.

Logement : vers une multiplication des usages de l'habitat ?Les Français favorables au télétravail mais plutôt réticents à partager leur logement

Les Français seront-ils prêts à faire évoluer leur rapport au logement ? Aujourd'hui, près des 2/3 des Français considèrent leur logement comme un bien à préserver pour le léguer à leurs enfants selon l'observatoire de Cetelem réalisé en partenariat avec l'institut de sondage Harris interactive. Colocation, lieu de travail, logement partagé... Les usages de l'habitat pourraient toutefois rapidement évoluer. De manière générale, 83% des Français sont attachés à leur logement.

La colocation sous certaines conditions

Si l'attachement des Français à leur habitat est important, près de 43% d'entre eux seraient prêts dans le futur à louer en partie ou en totalité leur logement pour améliorer leurs revenus. Trois personnes sur dix pratiquent déjà ce système aujourd'hui. 37% des sondés pourraient rapidement transformer leur logement en habitat partagé par plusieurs personnes n'ayant pas de liens de parenté, contre 23% qui le considère déjà comme tel aujourd'hui.

En questionnant les Français sur la colocation, l'étude constate que simplement 5% des Français vivent ou ont déjà vécu avec d'autres personnes sans liens de parenté. Une personne interrogée sur trois se déclare pourtant favorable à ce principe de colocation. Cette part pourrait augmenter à 40% pour un habitat partagé avec des amis célibataires. Plus d'une personne sur trois serait disposée à vivre avec une personne âgée alors que seulement une personne sur cinq accepterait de vivre avec un couple sans enfant.

Près de six Français sur dix favorables au télétravail

Autre usage de l'habitat, le télétravail est ou a déjà été pratiqué par 36% des Français alors que 58% d'entre eux envisagent favorablement l'idée de travailler depuis leur domicile. La nécessité de conserver une frontière entre sa vie professionnelle et sa vie privée est la principale raison avancée par les personnes réticentes au télétravail selon l'observatoire. La seconde raison majoritairement formulée concerne l'impossibilité pour les personnes d'adapter leur profession au télétravail.

Les personnes interrogées restent pour une grande majorité (85%) réticente à mettre leur bien en location via une plateforme communautaire telle que Airbnb. Ils sont seulement 5% à louer ou avoir déjà loué leur logement sur ce type de plateforme. Certaines populations comme les 25-34ans (8%), les Parisiens (9%), les catégories populaires (7%), les locataires (7%) ou les habitants en HLM (11%) affectionnent plus particulièrement ce procédé et y ont déjà eu recours. 

>> A lire aussi : Logement : les ménages français sont de moins en moins mécontents de leur quartier

Nos autres actualités

Précédent Suivant
Comparer gratuitement les crédits immobiliers

Notre fil d'info