Crédit immobilier : un marché soutenu par les ménages jeunes et modestes

Anissa Hammadi • 22 Janvier 2015 • 17:37

Le Crédit Logement/CSA a présenté jeudi 22 janvier son Observatoire pour le 4e trimestre 2014. Les ménages jeunes et modestes font leur retour sur le marché immobilier, grâce à un allongement de la durée d'emprunt et à la baisse des taux.

Crédit immobilier : un marché soutenu par les ménages jeunes et modestesLe Crédit Logement a présenté son Observatoire

Tout au long de l'année 2014, les professionnels de l'immobilier ont martelé le même message : le marché est « morose », les acquéreurs « attentistes », le pouvoir d'achat en berne. Pourtant, selon le dernier Observatoire du Crédit Logement/Institut CSA, présenté jeudi 22 janvier, 534.000 prêts ont été accordés l'an dernier, un résultat « beaucoup plus important que prévu ». Même si leur nombre est en baisse par rapport à 2013 (-6,4%). Les grands gagnants sont les ménages les plus modestes et les plus jeunes, d'habitude premiers exclus de l'accession à la propriété.

Un bilan « positif » dû à une combinaison de plusieurs facteurs pour Michel Mouillart, professeur d'économie à l'Université Paris-X Nanterre. Tout d'abord, l'année 2014 s'est terminée avec le taux le plus bas depuis la fin des années 40, à 2,38% en décembre. Soit un recul de 0,7% par rapport à fin 2013 (à 3,08% pour le neuf comme pour l'ancien). Cette baisse des taux constante depuis fin 2011 équivaut à un recul des prix de 15%, souligne l'étude.

17,7 ans en moyenne pour un emprunt

Autre constat, les durées d'emprunt se sont allongées de 7 mois depuis le printemps dernier, pour atteindre 17,7 ans en moyenne. « La capacité d'emprunt des ménages s'est améliorée grâce à la baisse des taux et à la volonté des établissements bancaires de soutenir le marché », explique l'économiste.

Le résultat s'avère payant : ce sont en majorité les primo-accédants qui bénéficient de cette évolution. « Depuis l'été, on voit revenir des ménages plus modestes et plus jeunes, plus volontiers consommateurs de prêts sur une longue durée », ajoute-t-il. En effet, selon l'Observatoire, les emprunts sur plus de 20 ans représentaient 52,9% de la production en 2014 contre 44,5% en 2013.

Dans le neuf aussi, pourtant un peu plus cher, la part des acquéreurs de moins de 35 ans a commencé à se relever, avec une hausse de 1% par rapport à 2013. Mais la remontée est encore plus sensible pour les moins de 3 SMIC, en progression de 2%.

L'apport personnel continue de chuter

Ces deux profils d'acquéreurs ont en revanche un apport personnel moins conséquent. Après une forte baisse déjà en 2013 (-5,4%), le niveau d'apport s'est encore « fortement dégradé » l'an dernier (-5%), aussi bien dans le neuf que dans l'ancien. « Cette évolution est logique, sous l'effet d'une lente reprise de la primo accession et d'un retour des ménages modestes », peut-on lire dans l'étude.

En somme, « le marché est bien en train de repartir », se réjouit Michel Mouillart. L'embellie de cette fin d'année devrait se poursuivre en 2015 : les professionnels prévoient un taux à 2,33% en janvier et une production de crédits immobiliers nettement plus élevée.

« La reprise pourra s'appuyer sur les soutiens publics à l'investissement locatif et à l'accession à la propriété ainsi que sur le dynamisme de l'offre de crédits », prévoit le Crédit Logement/Institut CSA.

>> Lire aussi : Les transactions dans l'immobilier ancien en hausse sur un an.
 

Nos autres actualités

Précédent Suivant
Comparer gratuitement les crédits immobiliers

Notre fil d'info