Le gouverneur de la Banque de France encourage la coopération entre banques et Fintech

Mickaël Touré • 12 Octobre 2021 • 15:47

Lors du deuxième forum fintech organisé par l'ACPR et l'AMF, le gouverneur de la Banque de France a réitéré son soutien aux fintech, tout en incitant les établissements bancaires à mieux accompagner leur développement.

Le gouverneur de la Banque de France encourage la coopération entre banques et Fintech

C'est un message fort qu'a voulu faire passer le gouverneur de la Banque de France lors du second forum dédié aux fintech par l'ACPR et l'autorité des marchés financiers (AMF).

« J'appelle les banques à accompagner les transformations du système financier de manière constructive, sans faire preuve de craintes excessives », a-t-il notamment insisté.

François Villeroy de Galhau s'est ainsi évertué à encourager la coopération entre les banques et les fintech. Pour mémoire, ces dernières ont pour vocation de proposer des services financiers via des technologies numériques.

Une relation pas toujours au beau fixe

En effet, la relation entre banques et Fintech est loin d'être idyllique. Les banques se montrant parfois réticentes au moment de collaborer avec ces nouveaux venus du monde de la finance.

Pour le gouverneur, elles ont pourtant tout à gagner à s'entendre, notamment en raison de la concurrence étrangère. Il demande ainsi aux institutions financières « de ne pas se tromper d'adversaire », tout en arguant que  « si les banques et les fintech ne savaient pas chacune innover, et souvent innover ensemble, les big tech [les géants du numérique souvent américains ou chinois, NDLR] ramasseraient la mise ».

Cristallisation des tensions entre banques et fintech, l'open-banking, à savoir la possibilité pour les entreprises – financière ou non – de se connecter aux services d'une banque via des canaux standardisés afin de développer leurs propres applications.

Il y a quelques semaines, Nicolas Théry, le Président de la Fédération bancaire française (FBF) mettait en doute la capacité des fintech à protéger efficacement les données bancaires des clients, à l'ère de l'open banking. « Je ne crois pas en l'open banking », avait-il également affirmé, fin septembre dans les colonnes des Echos.

Des déclarations qui n'avaient pas manqué de faire réagir Alain Clot, président de France Fintech. « Le président de la Fédération française bancaire a poussé le bouchon très loin, en contradiction avec ses membres » expliquait-il alors.

Le gouverneur a donc souhaité jouer la carte de l'apaisement en disant espérer que « les difficultés de la mise en oeuvre de l'open banking soient derrière nous ».

Des réponses plus concrètes dans deux semaines

Également présent lors du forum, le secrétaire d'Etat chargé du numérique Cédric O, a abondé dans le sens du gouverneur de la Banque de France. Pour sa part, il estime que « la stratégie du containment [endiguement, NDLR] » ne fonctionne pas.

Il appelle également à une meilleure régulation européenne : « Quand, du fait de l'application différenciée, certains acteurs, parmi les plus grandes fintech que nous connaissons en Europe, voient, dans l'utilisation de leurs cartes de paiement entre un tiers et la moitié des paiements refusés, cela pose question » précise-t-il.

Enfin, François Villeroy de Galhau a annoncé l'adoption et la publication « d'ici la fin de l'année » d'une charte « qui aborde le parcours d'une fintech depuis le premier contact avec l'ACPR jusqu'à l'obtention de l'agrément requis » , notamment en termes de visibilité et de délais dans les démarches. Il promet une réponse de fond sur le sujet « dans les deux semaines ».

Nos autres actualités

Précédent Suivant
Comparer gratuitement les banques en ligne

Notre fil d'info