Hausse des taux : Lagarde refuse de spéculer face à une éventuelle remontée des taux en 2023

Mickaël Touré • 16 Novembre 2021 • 10:42

Selon la présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, il est encore trop tôt pour prédire une éventuelle remontée des taux d'ici à 2023. Pour le moment, rien ne semble indiquer que les taux repartiront à la hausse.

Hausse des taux : Lagarde refuse de spéculer face à une éventuelle remontée des taux en 2023

La remontée des taux est-elle pour demain ? Difficile à dire pour le moment. C'est en tout cas, ce qu'a affirmé Christine Lagarde lors d'une audition devant le Parlement européen. « Je ne pense pas que je m'aventurerais jusqu'en 2023 », a notamment expliqué l'ex-présidente du FMI.

Alors que ses homologues américains et britanniques ont déjà commencé à dévoiler un calendrier de hausse des taux, la BCE, de son côté, préfère temporiser.

Le risque de l'inflation

Bien sûr, dans ce contexte post crise sanitaire, c'est avant-tout l'inflation qui inquiète. Il y a quelques jours, Andrew Bailey, le gouverneur de la Banque d'Angleterre affichait ouvertement son inquiétude face à une inflation qui a atteint 3,1 % sur un an en septembre au Royaume-Uni. D'ailleurs, il n'excluait pas une hausse des taux, dès le mois de décembre.

Du côté de la BCE, on estime que malgré la poussée de l'inflation, le relèvement des taux restait « très improbable » pour 2022, afin notamment de ne pas mettre en danger une reprise encore fragile.

Malgré tout, Christine Lagarde a reconnu que l'inflation de la zone euro a « surpris à la hausse depuis quelque temps ». En effet, les prix ont augmenté de 4,1 % sur un an en septembre. Cependant, la Française a également expliqué que « les perspectives d'inflation à moyen terme restent modestes ».

Des conditions d'emprunt maintenues

Dans ce contexte, la BCE souhaite donc conserver des conditions de financement favorables à la fois pour les ménages et pour les entreprises. Une manière, selon l'institution, de soutenir la reprise.

« A l'heure où le pouvoir d'achat est déjà réduit par la hausse des factures énergétiques et pétrolières, un durcissement injustifié des conditions de financement n'est pas souhaitable et représenterait un vent contraire injustifié pour la reprise », a d'ailleurs justifié Christine Lagarde.

Ainsi, la BCE conserve, pour le moment, sa prévision d'inflation à 1,5 % en 2023, loin de sa cible de 2 %.

Nos autres actualités

Précédent Suivant
Comparer gratuitement les crédits consommation

Notre fil d'info